Les Archives de Gondor » Adapt. & Inspirations » Les ill. musicales » Comédie musicale (2007)
Illustrations musicales > Comédies Musicales

The Lord of the Rings — Théâtre de Drury Lane (2007)

Comédie Musicale
Théâtre : Drury Lane (Londres)
Durée de la séance : 3h00
Première : 19 Juin 2007
Réservations ouvertes jusqu'au : 29 Mars 2008
Metteur en scène : Matthew Warchus
Adaptation : Shaun McKenna
Compositeur : A.R. Rahman, Värttinä
Producteurs : Kevin Wallace et Saul Zaentz
Musique conduite et orchestrée par Christopher Nightingale

Site officiel : http://www.lordoftherings.com

 © sabine adelaide

 

Distribution

  • Gandalf - Malcolm Storry
  • Frodo - James Loye
  • Gollum - Michael Therriault
  • Aragorn - Jérôme Pradon
  • Galadriel - Laura Michelle Kelly
  • Sam - Peter Howe
  • Merry - Richard Henders
  • Pippin - Owen Sharpe
  • Legolas - Michael Rouse
  • Gimli - Sévan Stephan
  • Boromir - Steven Miller
  • Arwen - Rosalie Craig
  • Saruman - Brian Protheroe
  • Elrond - Andrew Jarvis
  • Bilbo - Terence Frisch

Critiques

par Ancalimë (A.C.)
mise à jour : 04.08.2008

A 14 h, la salle du Drury Lane Royal Theater de Londres, là où se joue une représentation de la comédie musicale « The Lord of The Rings » est pleine ! Il y a autour de moi toute sorte de gens, autant d’adultes que de jeunes ! Certains semblent être des connaisseurs, ils parlent entre eux des Hobbits et tentent d’expliquer à d’autres de quoi il s’agit... Merry et Pippin font irruption dans la salle ! Ils traversent les rangs en riant et bousculent les spectateurs en se courant l’un après l’autre comme des enfants ! Ils regagnent enfin la scène, où se déroule une chasse au papillon hobbite qui fait beaucoup rire le public. Après quelques acrobaties le papillon est attrapé et le spectacle peut commencer...

Frodo - James Loye

La salle plonge dans l’obscurité et la lumière tombe sur le calme de la jolie petite maison de Cul de Sac. Frodo, facilement identifiable à son gilet rouge foncé, est assis tranquillement sur une chaise en branches tressées, et reçoit la visite de Sam et Rosie puis celle de Gandalf, acceptable dans son manteau gris, malgré son visage maquillé de grands traits bruns, avec qui il engage la conversation. Ces scènes de quiétude tranchent avec la fête d’anniversaire de Bilbo qui regorge de danses traditionnelles, d’acrobaties et de musiques entraînantes. Le pari, respecté, de la comédie musicale est de jouer autant sur les danses et les chansons que sur le théâtre.

Jusqu’à l’arrivée des quatre Hobbits à Fondcombe, tout est conforme au livre - y compris la plupart des dialogues ! – avec cependant les coupes nécessaires à une comédie musicale. Des rochers s’élèvent sur un plateau tournant pour représenter la marche des Hobbits précipités dans la Guerre de l’Anneau. L’irruption, sous des éclairs de lumière, des Cavaliers Noirs est très impressionnante ! Ce sont de grandes marionnettes noires portées par des personnes sur des échasses. Strider, Grands Pas, apparaît au Poney Fringant comme convenu, avec les mêmes traits bruns un peu bizarres que Gandalf.
A Fondcombe, Aragorn retrouve Arwen, à qui il doit rendre des comptes sur son absence, autour du lit de Frodo. Celui-ci se réveille en plein milieu de leur discussion, ce qui achève de rendre le tout plutôt ridicule… Le Conseil d’Elrond est sympa, bien qu’Elrond en vieillard aux cheveux blancs soit déplorable. Boromir a de la prestance, Gimli est bien aussi, mais Legolas avec les cheveux bruns d’un Noldor c’est très étrange… ! La formation de la Communauté est très solennelle, chacun est à genoux en demi-cercle, dos au public, et « prête serment » devant Elrond. La Communauté prend la route sous des musiques triomphantes.

Galadriel - Laura Michelle Kelly

A partir de là tout s’accélère, on passe presque immédiatement à la Moria. Les meilleurs effets spéciaux sont rassemblés pour faire trembler la salle devant le Balrog, gigantesque marionnette rouge qui s’élève au beau milieu de la fumée et de la vapeur d’eau qui envahit le public. Gandalf tombe, après avoir prononcé exactement les mêmes mots, semble t-il, que dans le film. Puis la Communauté entre en Lothlorien ; des lianes pendent sur la scène et des Elfes y sont accrochés et dansent sur une musique douce. C’est assez étrange, surtout que les Elfes ne sont pas vraiment aussi gracieux et éthérés qu’ils devraient l’être… Galadriel, très maquillée, dans un costume certes très beau mais peu vraisemblable, descend du plafond dans un cocon illuminé de lumière. Tout ça est plutôt critiquable, on dirait une promo, décalée en plus, des Elfes… Amon Hen est une nouvelle source de spectacle ; les Orcs, acrobates avec des échasses aux bras se déplacent comme des singes et sont vraiment performants ! Aragorn vient recueillir les dernières paroles de Boromir dans une scène vraiment émouvante, qui n’est pas de trop après toutes ces scènes de spectacle pur ! C’est à ce moment uniquement qu’Aragorn révèle sa véritable identité et Boromir l’accepte comme son Roi.

L’intrigue se poursuit, en s’éloignant de plus en plus de l’œuvre originale, à cause du temps. On aperçoit à peine les Rohirrims, sans aucune mention de Théoden, ni d’Éowyn, et encore moins d’Éomer, puis Aragorn file au Gondor où il révèle publiquement son identité, devant Denethor. Et Denethor lui ouvre les bras ! Ca fait vraiment très très bizarre… Il n’y aucune mention de Faramir. Toute cette partie est vraiment expédiée au plus vite ! Le siège de Minas Tirith est bien fait et joli à regarder ; sur la scène les bannières flottent pendant que les hommes du Gondor, aidés des Rohirrims, se battent contre les Orcs. On part ensuite rejoindre Merry et Pippin et les Ents, joués par des personnes habillées de vert sur de gigantesques échasses, ça rend très bien !       

Gollum - Michael Therriault

De l’autre côté on assiste à l’arrivée de Gollum, vraiment très impressionnant ! L’acteur porte un pantalon sale et déchiré sur son corps peint en gris et marron. Il a de grandes estafilades sur les membres et le visage maquillé de façon à avoir une expression douloureuse. Il passe son temps à se tordre dans tous les sens. La voix que prend Andy Serkis est plutôt bien imitée, mais le plus remarquable c’est la façon dont l’acteur arrive à rendre le dédoublement de Gollum, chose plutôt difficile sur scène, sans effets spéciaux ! Il rampe lorsqu’il joue l’un des deux puis soudain bondit et change de discours. C’est vraiment bien fait compte tenu de la difficulté.

Quant à Frodo et Sam ils poursuivent leur voyage vers le Mordor et les décors sont de plus en plus austères. Le combat avec Arachné est très impressionnant ! C’est là aussi une gigantesque marionnette aux pattes articulées, qui attaque Frodo puis Sam. Au cours d’une de leurs discussions on comprend que ce qui les pousse à continuer, ce n’est pas la volonté de sauvegarder les choses simples et belles, mais le désir de ne pas voir les Elfes quitter la Terre du Milieu et la magie disparaître. C’est beaucoup plus pratique mais ça retire énormément de profondeur à l’histoire, je dirai même que ça en retire l’essence même… Mais ce passage est suivi d’une très belle scène entre Frodo et Sam. Alors que les deux Hobbits viennent d’effectuer plusieurs tours de scène, bras dessus bras dessous, trébuchant de plus en plus, ils finissent par s’asseoir et Sam entame une chanson, rappel du beau discours dans les Deux Tours sur les « histoires dont on se souvient ». La lumière tombe sur eux deux, seuls dans un décor très sobre, et la scène est vraiment très touchante. Le plus beau moment du spectacle selon moi.

Gandalf - Malcolm Storry

Puis on retrouve Aragorn, qui, debout sur un rocher fait son discours à ses hommes rassemblés devant la Porte Noire. Les Orcs arrivent et le combat s’engage. Frodo et Sam poursuivent leur pénible avancée et parviennent à la Montagne du Destin. Dans une lumière rouge éblouissante, Frodo refuse de jeter l’Anneau, en prononçant, semble t-il là aussi, les mêmes mots que dans le livre. Gollum se jette sur lui et tombe, emportant l’Anneau avec lui. La scène est belle, car selon mes souvenirs, on voit la silhouette de Gollum se détacher sur un fond noir pendant sa chute. Il me semble que Frodo et Sam échangent quelques mots ensuite, Sam disant à Frodo qu’il n’a pas échoué. Le noir tombe sur la scène et persiste pendant un moment, puis la lumière revient peu à peu et on aperçoit la Comté, saccagée. Toute la fin du spectacle est en effet conforme aux livres et non aux films, j’ai trouvé cela intéressant. Sam redonne vie à la Comté avec ses graines magiques, puis Gandalf, Elrond, Galadriel et Arwen viennent rendre visite aux Hobbits, pour emporter Frodo aux Havres Gris. Arwen lui donne sa place et Frodo monte sur le bateau des Elfes et part pour Valinor…

Ces trois heures furent fort agréables… La mise en scène de l’intégralité du SdA est bien faite, compte tenu de la difficulté. On peut revenir sur des coupes et des modifications, mais le tout reste acceptable et respectueux de l’œuvre de Tolkien. Je n’ai pas trouvé, par contre, que le spectacle soit plein de poésie, comme le disaient les critiques. Bien que certains décors et mises en scènes soient remarquables, je trouve l’œuvre originale bien plus poétique. Même si je n’ai pas bien saisi la portée des dialogues compte tenu de la teneur de l’anglais employé, je crois que l’on peut également réellement regretter le manque d’émotion et de psychologie, bien trop souvent remplacé par le spectacle. C’est bien dommage car c’est l’émotion qui donne toute sa force au SdA… Mais une comédie musicale ne peut pas offrir autant qu’un film ou qu’un livre.

Hobbits et Ents

Quelques liens